Petits bouts de carton #1

Le blog a déménagé, vous pouvez lire cet article ici.

Il y a quelques temps, j’ai découvert via le site d’une blogueuse dont je ne me souviens plus, postcrossing.com. Le concept est simple : vous envoyez des cartes postales aux quatre coins de la planète et vous en recevez en retour. Une carte envoyée = une carte reçue.

cartes-postales

J’ai toujours aimé les cartes postales et les lettres. Je me souviens que plus jeune je me lamentais de ne pas recevoir beaucoup de courrier, contrairement à mes parents. Maintenant je suis vernie, ma boîte aux lettres est comme la leur, souvent pleine… de factures !

J’adorais en particulier envoyer (et recevoir) des lettres à une amie qui a déménagé à l’autre bout de la France (la Bretagne) lorsque nous avions 12 ans. On se racontait notre vie dans le détail, on échangeait des dessins… et honnêtement, c’était surtout moi la gagnante dans l’affaire, parce que je n’atteindrai jamais son talent ! De temps en temps, on s’envoie encore des petits cadeaux par voie postale et ça a toujours le même charme ! D’ailleurs, c’est à mon tour de lui écrire.

J’avais commencé à écrire un laïus sur le fait que nous ne sommes plus très fan de ce mode de communication en France contrairement par exemple à l’Angleterre, mais c’était trop barbant !

Pour le moment j’ai envoyé deux cartes en Russie et en Allemagne, et j’ai eu le plaisir d’en recevoir une d’Ukraine et une de Taïwan. Dans votre profil, sur le site, vous pouvez indiquer le type de carte que vous souhaiteriez dans l’absolu recevoir, même si chacun reste libre de vous envoyer la carte de son choix. J’ai demandé si possible quelque chose de typique du pays d’où part la carte et du coup celle qui vient d’Ukraine est pile poil dans le thème. C’est une tenue traditionnelle qui était apparemment encore courante il y a quelques années. Celle de Taïwan est l’oeuvre d’une dessinatrice au style enfantin avec un petit proverbe en taïwanais (et ça je surkiffe !!!!). Je n’ai pas compris si la dessinatrice et l’auteure de la carte étaient la même personne, mais si c’est bien le cas, c’est encore mieux !

cartes-ukraine

cartes-taiwan

Bref, je vous le confirme, recevoir des cartes me fait toujours autant plaisir, même si elles émanent de parfaits inconnus ! Et Dorénavant, elles viendront égayer mon bureau un peu tristounet.

Et vous, les cartes et la Poste sont-ils vos amis ?

cartes-ukraine-detail

cartes-taiwan-detail

L’étrange Saint-Valentin de Mr Jack

Le blog a déménagé, vous pouvez lire cet article ici.

Niveau : débutant.

Pour la Saint-Valentin, certains s’offrent des petits mots d’amour, des fleurs, des chocolats… Moi j’offre des Mr Jack. Je suis comme ça. Que voulez-vous on est romantique ou on l’est pas. Et moi je le suis, comme vous le devinez aisément avec ce petit cadeau ! Trêve de plaisanterie. Pour ce 14 février, je voulais faire une petite surprise personnalisée à mon Cher-et-tendre. Et il se trouve qu’il y a quelques jours il a cassé son porte-clef Mr Jack. J’ai donc décidé de le remplacer. Il m’a fallu quelques petites heures pour un résultat plus vrai que nature.

Je ne l’ai pas réalisé à main-levée ou en dessinant sur la feutrine. La première solution ne m’aurait pas permis d’arriver à ce résultat et la seconde aurait cradossé ma feutrine blanche. J’ai donc biaisé : j’ai imprimé une tête de Mr Jack et je l’ai décalquée sur du papier à patron. J’ai ensuite fixé cette antisèche sur ma feutrine et je les ai cousus ensemble. Une fois mon travail terminé, il m’a suffit de retirer le papier de soie, ce qui s’est fait très facilement, l’aiguille ayant joliment percé le-dit papier. Je n’ai plus eu qu’à découper selon les pointillés.

Etrange-saint-valentin-2

Pour le dos, j’ai d’abord envisagé d’écrire le titre du film avec la police adéquate, mais je me suis dit que  j’allais me foirer lamentablement le mieux était l’ennemi du bien. J’ai ensuite songé à mon petit ziguigui avec des triangles qui accompagne le nom du blog et finalement j’ai fait complètement autre chose : une bannière avec un cœur (je vous l’ai dit que j’étais romantique…).

Etrange-saint-valentin-3

J’ai adoré coudre la feutrine ! La dernière fois que je m’y suis collée, ça doit remonter à l’école primaire… D’ailleurs, c’est le must have quand on aime bricoler avec ses enfants, pour un résultat très sympa. A méditer pour une fête des papas, des papis ou pour le plaisir. Mon fiston est encore trop petit mais dès qu’il est en âge de toucher une aiguille je le mets au boulot.

Si ça vous tente un tuto pour faire ce type de petite chose, n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire et je verrai ce que je peux faire pour vous !

Etrange-saint-valentin-4

The english touch

Le blog a déménagé, vous pouvez lire cet article ici.

Niveau : débutant.

Comme la gigoteuse que je ne parvenais pas à finir, j’ai mis un sacré bout de temps à donner une nouvelle vie à notre table basse. Classique, en bois, presque rustique, elle a subi les affres du temps et de la vie avec moi (il faut dire que je suis un peu brutasse sur les bords !). Cet été, j’ai donc voulu me lancer et j’ai emprunté la ponceuse de mon père. Comme je suis extrêmement futée (vous sentez l’ironie, là ?), j’ai directement commencé à poncer la partie centrale de la table. Résultat, il s’est avéré que ce que je prenais pour un bois de qualité était en fait une mosaïque de bois collée sur du contreplaqué. J’ai donc abandonné l’idée du ponçage et la table est restée telle qu’elle jusqu’à maintenant. D’ailleurs, je ne l’ai pas poncée finalement, j’ai juste passé une sous-couche. Ça c’est pour la petite histoire, avec une morale comme il se doit : de poncer la partie la plus voyante de ton meuble tu t’abstiendras (lors de tes essais) !

IMG_5038

Parlons couleur à présent. Un peu comme Nem qui avait repeint sa vieille porte en vieille porte (oui j’adore ce qu’elle fait !), je voulais donner un effet patiné à la table en utilisant un blanc gris et un gris soutenu. Ce qui m’aurait permis de finir le pot de peinture utilisé pour repeindre le lit de Bébé T. Mais alors que je retournais au boulot après ma pause dej’ (attention séquence « je vous raconte ma vie »), je suis passée devant une boutique de déco dont l’un des murs était bleu canard. Ça a été le déclic. C’était cette couleur là et pas une autre que je voulais. Cela dit, je suis joueuse, mais petite joueuse. Je suis donc allée consulter mon meilleur ami dans ces cas-là : Internet. Et je suis tombée sur une vidéo des Idées décoratives pour promouvoir les peintures Meubles de Provence, qui proposait de repeindre un meuble en bleu de Prusse dans un style so british (cherchez l’erreur…). C’est exactement ce qu’il me fallait. Pas de bol, je n’ai trouvé cette fameuse peinture nulle part. Donc j’ai fait avec ce que proposait Leroy Merlin : un bleu lagon mat et de la patine vieux bronze (et mon porte-monnaie m’en remercie je crois parce que les mini pots des Idées décoratives ne sont pas donnés je trouve).

Honnêtement, même après deux bonnes couches de peinture, j’étais un peu déçue par ce bleu. Il était trop turquoise à mon goût et pas assez foncé. Et le comble c’est que mon Cher-et-tendre n’aime pas du tout cette couleur… Mais une fois la patine appliquée, le bleu s’est foncé et il ressemble bien plus à ce que je voulais.

IMG_5050

Le gros bémol c’est l’application de la patine justement. Sur les arêtes, je suis assez contente du résultat, mais sur les grandes surfaces planes je n’ai pas trouvé le truc. Je m’y suis reprise à deux fois (heureusement, on peut utiliser une cire incolore pour estomper la patine !).

Je serais ravie d’avoir vos avis objectifs !

IMG_5052 IMG_5056

Pour que bébé gigote en toute sécurité

Le blog a déménagé, vous pouvez lire cet article ici.

Niveau : intermédiaire à confirmé

Douillette-entier

Commencée il y a plus d’un an, la gigoteuse de bébé T a enfin vu le jour. Et bébé T n’est plus tellement un bébé. Donc c’est son petit frère ou sa petite sœur qui en profitera. Je ne suis pas peu fière du résultat, même si certains détails laissent à désirer et même si son coût est élevé au final…

Douillette-defaut

Quelques détails laissent à désirer… 

Pour la réalisation cette douillette chaude et confortable, je dis merci à Coudre c’est facile, mon magazine de chevet. Je recommande vivement ce bimestriel qui propose plein de projets à faire soi-même avec des explications relativement simples à suivre : notamment des sacs à main, des doudous, des accessoires… Bref, à chaque fois, j’ai envie de tout réaliser ou presque. Le seul bémol c’est le prix du magazine, que je trouve un peu élevé, mais difficile d’y échapper quand on n’a pas d’annonceur.

Le modèle proposé est vraiment très joli, mais si c’était à refaire, j’aurais les yeux moins gros que le ventre étant donné mon niveau. J’ai eu l’idée lumineuse d’agrandir la douillette (ça ne devait pas être assez difficile…) pour qu’elle convienne à un bébé d’un an. Je m’étais basée sur les douillettes du commerce, mais j’ai du me planter dans mes calculs. Parce que si elle est nickel en longueur, en largeur, c’est une autre paire de manche. Il a intérêt à être taille mannequin bébé deuxième du nom. Pour simplifier le modèle, on peut aussi ne choisir qu’un seul tissu pour le devant de la gigoteuse. Autre solution : supprimer l’empiècement en forme de cercle et les rubans. Ne maniant pas assez bien la machine à coudre, j’ai procédé à la main pour cette partie. C’est (beaucoup beaucoup) plus long, mais au moins, on est sûr du résultat.

Douillette-empiecement

Douillette-rubans

Douillette-ruban

Une autre petite difficulté a été la fermeture éclair. J’ai bien songé à la cranter, mais je n’ai pas osé, j’aurais du…

Pour les boutons pression, j’avoue n’avoir pas bien compris pourquoi on les posait en dernier, une fois la douillette entièrement terminée et non pas quand la doublure n’est pas complètement cousue, afin de cacher les fils disgracieux… Mais, c’est un détail.

Quoi qu’il en soit, après quelques (bonnes) heures de travail, la gigoteuse est là ! Et vous, vous vous lancez quand ?

A la recherche des bricolages passés : le mobile à plume sans plume

Le blog a déménagé, vous pouvez lire cet article ici.

Niveau débutant (voire archi-débutant). 

Les-oiseaux-de-Bébé-T

Avant de découvrir tous les avantages de la couture à la machine (et à une époque où je pensais que coudre à la main c’était trop cool et super valorisant), juste après la naissance de bébé T, j’ai bricolé un petit mobile composé de deux petits oiseaux bleus et d’un petit coeur, se balançant au bout de rubans fantaisie. A l’époque, j’avais dessiné un modèle ultra simple sur du carton en guise de patron et rembourré les petites bêtes avec l’intérieur d’un oreiller acheté spécialement pour l’occasion. Ça fait deux ans qu’ils ont été fabriqués et je les aime toujours autant ces petits volatiles à grelots. Il faut vraiment que je fasse plus de choses en tissus pour mon fiston !

Premières fringues de (tout petit) bébé

Le blog a déménagé, vous pouvez lire cet article ici.

Niveau : intermédiaire.

Ma première baby shower était aujourd’hui (merci Gigi !) et pour l’occasion, je me suis lancée dans l’élaboration d’un ensemble pour petite fille : une robe, un bloomer et un bandeau avec un gros noeud (en 3 mois). Quand j’ai commencé à coudre, j’étais à mille lieues de penser que j’en viendrais à coudre des vêtements, même des vêtements de gnome. Du coup, j’ai essayé de ne pas choisir des choses trop compliquées à faire. Enfin, c’est à moitié vrai : j’ai voulu faire des petites babies, mais j’ai abandonné quand j’ai commencé à assembler les pièces… je n’ai pas eu la patience pour cette fois-ci. Mais je ne désespère pas.

Ensemble-bebe-3mois

La robe a été réalisée à partir d’un patron de Petit Citron. Une petite robe chasuble, indémodable. Pas de difficulté majeure si ce n’est les parements. Sur une robe aussi petite, les retourner sur l’envers, puis les repasser a constitué un exercice de haute voltige pour moi. Pour la prochaine (oui, il y en aura d’autres !), je doublerai sans doute l’ensemble de la robe, ce sera plus simple à gérer et les finitions seront plus belles. Il est en effet préférable de ne pas retourner celle-ci, c’est une cata ! Spécialement, les emmanchures que j’ai du surpiquer à la main étant donné que le bras de ma machine à coudre n’était pas assez fin. Mais je suis contente du résultat final tout de même.

Ensemble-bebe-robe

La bloomer est également le fruit d’un patron de Petit Citron. Comme d’hab mon manque d’attention m’a joué des tours. Comprenez : j’ai d’abord cousu les deux pièces de devant ensemble, puis les deux pièces de derrière, alors qu’il fallait coudre une pièce de devant avec une pièce de derrière, deux fois. Je suis un boulet. Et pourtant, au moment de coudre, j’ai vérifié…

Une petite difficulté ici : la couture des ourlets pour le passage des élastique, en particulier au niveau des coutures des différentes pièces. Etant donné que toutes les pièces comprenaient une marge de sécurité de 1 cm environ, je me suis retrouvée avec des bout de tissus qui dépassaient… Est-ce qu’on est censé les couper comme on coupe les angles ? Si quelqu’un comprend mon charabia sait, je suis preneuse.

Ensemble-bebe-bloomer

Le bandeau a quant à lui été réalisé d’après le tuto super clair de Working mama. Super facile à réaliser pour un résultat au top. Et pour le noeud j’ai suivi les instructions de Kate Yoko. Net, précis et sans bavure !

Ensemble-bebe-bandeau

Ensemble-bebe-bandeau-2

Et pour ranger le tour, j’ai cousu une petite pochette en m’inspirant de la première réalisée, mais sans fermeture.

Ensemble-bebe-pochette

J’espère que le résultat a plu à la future maman (je pense que oui) et j’espère avoir lorsqu’elle sera née, une photo de la crevette en tenue !

A la recherche des bricolages perdus : ranger ses papiers de voiture.

Le blog a déménagé, vous pouvez lire cet article ici.

Niveau débutant.

Plutôt que « ranger », j’aurais dû dire « protéger ». Parce que dans un sac à main (et dans le mien en l’occurrence), on a souvent beaucoup de choses, dont les trois quarts sont inutiles (mais chut, j’ai rien dit), et que ce qui est important risque vite d’être abîmé. J’ai donc réalisé un petit porte-document, d’après le tuto de Coudre, c’est facile. Rien de sorcier pour la réalisation, un enfant pourrait le faire, si on s’en tient à une réalisation à la mano. Si on préfère la machine à coudre, c’est aussi ultra simple, sauf pour l’appliqué qui demande un peu de dextérité. Personnellement, je n’ai toujours pas réussi à faire quelque chose de net et sans bavure de ce point de vue là.

C’était un de mes premiers travaux en couture, il est donc réalisé entièrement à la main et j’ai suivi à la lettre les instructions. L’appliqué est une voiture comme sur le modèle  (bonjour l’originalité). Et en plus, non contente de faire le mouton et de suivre exactement ce que proposait le magazine, j’en ai fait un second, identique en tout point pour une super copine. Alors oui, je sais, j’ai dit que je n’aimais pas faire deux fois les mêmes choses (oui, je l’ai dit), mais le deuxième je l’ai fait à la machine (enfin pas l’appliqué) !

Bref, il est réalisé en suédine à l’extérieur et en tissu pour patchwork à l’intérieur. La suédine est vraiment parfaite, elle est bien résistante. Et il vaut mieux ! Par contre, avec le temps, le beau orange s’est taché (mort aux stylos baveurs !) et a noirci sur les bords… Quelques fils se sont aussi effilochés, mais pour voir qu’il a deux ans, mon petit bidouillage se porte bien. La seule chose que je changerais si c’était à refaire (à part l’appliqué), c’est la fermeture par un bouton. A l’époque, j’ai avec ce que j’avais sous la main, mais un bouton pression aurait été plus adapté.

Et les papiers à l’intérieur me direz-vous ? Ils sont nickels ! Tout beaux, presque comme neufs !

Porte-document-voiture

Porte-doc-voiture-intérieur

Porte-doc-voiture-detail